12 février 2018

Sur le liseré des commissures Alexandre Rolla

  Sur le liseré des commissures Suivi de Les pays désolés Un voyage avec Courbet   Alexandre Rolla   Editions la Clé à Molette       « Ce qui transforme le pays en paysage, c’est le regard, c’est tout le « travail » de l’art ».         Le livre s’ouvre sur le choc esthétique de la vision des Demoiselles de village, peinture de Gustave Courbet exposée au MET de  Manhattan : Le morceau franc-comtois arraché à son terreau se retrouve à des... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 février 2018

cent jours avec Virginia Day 60

L’affaire débuta un 12 novembre 2015, avec les intentions suivantes :   "Décider de relire le journal de Virginia Woolf, de parcourir en lectrice 26 années en effectuant une étape tous les trois mois, est une manière, comme une autre, de bousculer une vie de lecteur. Si le compte est bon : 100 haltes de lecture, 100 incursions dans la vie de cette femme, feront dialoguer 100 fois l’aujourd’hui. Cette lecture-feuilleton est d’ailleurs presque un anniversaire, à quelques mois près : un siècle s’est écoulé entre ce début... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 09:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 janvier 2018

Héritières Marie Redonnet

  Héritières Marie Redonnet Editions du Tripode   Les éditions du Tripode reprennent en un volume trois romans de Marie Redonnet, parus initialement aux éditions de Minuit dans les années 86-87 : Splendid Hôtel, Forever Valley et Rose Mélie Rose. Ce regroupement sous une même –belle – couverture met en lumière la forte unité de cet univers étrange. Les narrations s’inscrivent dans des  villes et villages à l’abandon, désertés de leurs habitants partis vers des destinations plus modernes, plus attrayantes ou... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 janvier 2018

cent jours avec Virginia Day 59

dessin Catevrard (c)   Jeudi 4 janvier 2018 Je termine ce jour la biographie de Viviane Forrester. Comme je connais la fin, j’ai allumé un feu dans la cheminée pour compenser le froid de votre plongée suicidaire dans la rivière Ouse et l’absence de lumière extérieure. Cela fait deux semaines que la tempête bataille avec la pluie et que les humains se réfugient derrière leurs volets. Le temps gronde. Est-ce contre votre suicide ou contre les hommes qui ne respectent plus la planète ? De toute façon, personne n’entend.... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 janvier 2018

Cent jours avec Virginia Day 58

dessin de Catevrard (c)   Dimanche 16 décembre 2017 Je n’ai pas repris la lecture de votre journal : je reste plongée dans votre vie, mais dans les mots de Viviane Forrester qui n’épargne pas les maux du dessous des cartes. Elle a lu toutes les correspondances et recoupe les trajectoires de votre existence avec celles de vos proches, avec un tel art que je finirais par croire que je ne vous ai jamais lue. C’est étrange la force d’une biographie : cela éclaire de l’extérieur ce qu’un auteur a passé sa vie à scruter... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 08:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 janvier 2018

Cent jours avec Virginia Day 57

    dessin catevrard (c)   jeudi 30 novembre 2017 Chère Virginia, il faut que nous acceptions que dans la vie partagée il puisse survenir des ruptures, des coups dans le bastingage, des moments désagréables où l’on doute de nos choix. Une collègue avait déposé sur mon bureau, sachant mon attachement pour vous, la biographie de Viviane Forrester. Cela fait quelques mois qu’elle m’attend sagement. L’hiver arrive, les jours raccourcissent, les temps de lecture augmentent et me voilà enfin plongée dans cette... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 décembre 2017

Sans Abuelo Petite Cécile Guivarch

Sans Abuelo Petite Cécile Guivarch Editions Les Carnets du Dessert de Lune   Dans ce nouveau recueil paru aux Carnets du dessert de Lune, Cécile Guivarch continue de fouiller la matière autobiographique. S’en dégage la figure d’un grand-père absent. Fuyant la guerre d’Espagne, il quitta pays et famille pour trouver refuge à Cuba, abandonnant mère, femme et enfant à naître. Il ne revint jamais. Le texte s’organise en plusieurs voix : celle, en prose, d’une fillette de neuf ans. Registre des petits déjeuners à... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 09:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
01 décembre 2017

Journal foulé aux pieds Joel Bastard

Journal foulé aux pieds Joël Bastard Ed. Isolato       D’emblée, le titre intrigue.  Joël Bastard est un marcheur, on le sait depuis Beule, depuis Au Dire des pas. L’écrivain est  homme de terrain. C’est ici l’espace du Jura qui se présente au rythme de la foulée du promeneur, dans une géographie imprécise. « Vers » est cette préposition qu’aime employer l’auteur, comme pour ne pas nous en dire trop et marquer le mouvement du corps. L’égarement, d’ailleurs, est  fructueux :... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 novembre 2017

Cent jours avec Virginia Day 56

Day number 56   copyright Catevrard     Dimanche 12 novembre 2017, dimanche 12 novembre 1933 J’aime quand nos dates résonnent. Mon pluvieux, venteux, tempétueux dimanche 12 novembre se pare de couleurs à la lecture de votre journal. Votre « ravissante lueur d’un roux de renard (venant) des hêtres », croisée lors de votre visite à la ferme des Wogan, « la douce brume » et la teinte « brique rouge » lors de votre promenade du matin redonnent à mon aujourd’hui « ses instants de... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 novembre 2017

Cent jours avec Virginia Day 55

Lundi 30 octobre 2017 Mardi 30 Mai 1933 Mon texte est « une coquille vide. Et je suis vide, moi aussi, avec  un cerveau comme une tranche de viande froide. » Virginia, je suis en osmose avec vous : désemparée, esprit au point mort, sans lire, ni écrire, « de la graisse blanche, figée » sur toutes les pages que je parcours des yeux. Votre état est le fruit d’un retour chez vous après des vacances en Italie et en France. Le mien est le résultat d’un départ en vacances avorté à cause de ma jambe gauche... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,