25 janvier 2021

Agostino Alberto Moravia

Alberto Moravia : Agostino – Flammarion (1944) #LaBouquinerie du centre (Angers) Agostino était en solde ! Je ne l’ai su qu’au moment de payer. On dit que les livres sont chers, voilà un exemple qui prouve le contraire, pour 1€50 j’ai eu du plaisir pendant deux soirées. Moravia, il y avait quatre de ses livres sur l’étagère, j’en ai pris deux. J’ignorais que j’allais apprécier ce classique de la littérature italienne (les préjugés ont la vie dure). Agostino a 13 ans et passe des vacances en compagnie de sa mère jeune et... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 janvier 2021

J'aurais dû rester chez nous Horace Mac Coy

Horace Mac Coy : J’aurais dû rester chez nous. Folio (1937) #labouquinerie du centre (Angers) Loin de moi l’idée que c’était mieux avant, pourtant quand je lis Mac Coy, je me dis que si son style n’est pas élaboré (quoique représentant une époque), si la psychologie des personnages est simplifiée et l’intrigue sans grande imagination, le livre – témoignage sur Hollywood par un auteur qui a fréquenté le monde du cinéma –  est toujours d’actualité.  Venus de la campagne, un jeune homme et une jeune fille désirent faire... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 novembre 2020

Au pays du roi qui inventa l'écriture Alain Kewes

      Il y a d’abord ces pages très justes sur le départ du voyageur : « On ne part jamais d’un coup. La cuisine est souvent la dernière pièce qu’on quitte, il y a ensuite le perron, la rue, la ville, la campagne environnante : on est encore chez soi. » « Il est plus long qu’on croit de partir. » Puis ces pages sur le retour : « Les premier jours après le retour sont une frontière, une ligne de fracture, ou une grève à marée montante. On est là, sur la terre ferme, ayant... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 novembre 2020

Confinement saison 2 : livres de fuite

Résumé de l’épisode précédent : saison 1, j’avais dévalisé la médiathèque en Dvd et BD, rangés serrés dans un grand carton, avec l’idée de tenir un siège, passé commande aux éditions du Réalgar pour plonger dans l’univers d’Isabelle Flaten.   J-1 saison 2 : j’ai foncé chez mon libraire, faut quand même savoir se renouveler d’un confinement l’autre. Suis repartie avec 1180 pages du séminaire d’Hélène Cixous, trois années, retranscrites par une véritable bénédictine, Marta Segarra. Hélène Cixous garde très peu de notes,... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 octobre 2020

Citéville, Citéruine Jérôme Dubois

  Citéville et Citéruine sont deux albums conjoints de Jérôme Dubois qui abritent le quotidien d’une ville banale, pourvue de supermarchés, de services, d’administrations, de pavillons et d’immeubles. Dans la tradition des utopies ou uchronies, Citéville nous présente une société fondée sur le seul principe marchand. Tout se vend, tout s’achète, y compris les enfants. Heureusement, se dit-on, nous ne vivrons jamais cela. Sauf que, à y regarder de plus près, notre monde contemporain présente de curieuses similitudes... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 juillet 2020

L'Obstination du perce-neige Françoise Ascal

  Françoise Ascal appelle toujours son lecteur par des titres vivifiants et interrogeants tels des bribes de haïku : Le Bleu d’octobre, Rêve de verticalité, Table de veille … L’Obstination du perce-neige s’inscrit dans cette lignée, complétant la suite poétique. Ce carnet dévoile, par fragments, des années de vie et de réflexions de 2012 à 2017. Le lecteur est invité à entrer en intimité, pas de manière voyeuriste, plutôt pour partager, en humilité, les questions du quotidien. Comment se débrouiller pour se sentir en vie, pour... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juillet 2020

Carnetophiles

Depuis longtemps, j’écris dans des carnets ou des agendas. J’en ouvre, j’en jette, j’en rachète, j’en garde. M’est venue l’idée d’en savoir plus sur ce petit objet fonctionnel et transportable : son rôle dans l’écriture, sa place dans les poches. Ce qui me plaît, c’est qu’il se fout des classes sociales, des métiers, se glisse partout : dans le tablier du jardinier, la chemise du peintre, le sac d’une bricoleuse. Bernard Bretonnière, grand concepteur de listes, a partagé avec moi sa liste des écrivains à carnets. Dans la... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 juillet 2020

Sophie ou la vie élastique Ariane Dreyfus

  Ariane Dreyfus aime les compagnonnages. La danse, le cinéma, la peinture. On l’a lu dans de précédents recueils. Elle écrit ici dans la lumière des Malheurs de Sophie. Compagnonnage, on devrait plutôt dire : élan, rampe de lancement, tant ces quelques épisodes du livre de la comtesse de Ségur revisités donnent vitalité et force aux poèmes. Qu’on connaisse ou pas, qu’on ait souvenir ou pas de cette lecture, là n’est pas l’important. C’est toute l’enfance qu’on retrouve dans cette « vie élastique » : sa... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 juillet 2020

Vinciane Despret et Baptiste Morizot

  Ces deux-là ont en commun d’être philosophes, curieux, inventifs et, ce qui ne gâte rien, d’être des penseurs  lisibles par le commun des lecteurs, les non spécialistes des constructions philosophiques et des comportements animaux. L’un et l’autre ne théorisent pas hors sol : leur réflexion trouve sa source dans de longues observations in situ, l’une des oiseaux, l’autre des loups.  Leurs livres laissent la part belle aux descriptions animalières, à partir desquelles ils élaborent des systèmes de fonctionnement... [Lire la suite]
14 juin 2020

Le Discours, l'Amateur de billes et Ainsi sont-ils

Quand lire c’est rire...   Qui a dit que les auteurs d’aujourd’hui ne nous faisaient plus rire ? Personne et c’est tant mieux !   Le hasard vient de glisser sous mes yeux trois livres qui ont dégourdi mes zygomatiques. Un livre de poche, Le discours de Fabcaro, a même provoqué quelques francs fous rires sous la couette car cet Adrien, la quarantaine déprimée, imaginant des discours pour le mariage de sa sœur, plus absurdes les uns que les autres mais tous trahissant un parcours de vie, m’a émue aux larmes. ... [Lire la suite]
Posté par atelierdupassage à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,